• "Séjour où des corps vont cherchant chacun son dépeupleur.

    Assez vaste pour chercher en vain.

    Assez restreint pour que toute fuite soit vaine.

    C'est l'interieur d'un cylindre surbaissé ayant cinquante mètres de pourtour et seize de haut pour l'harmonie.

    Lumière.

    Sa faiblesse.

    Son jaune.

    Son omniprésence comme si les quelque quarte-vingt mille centimètres carrés de surface totale émettaient chacun sa lueur.

    Le haletement qui l'agite.

    Il s'arrête de loin en loin tel un souffle sur sa fin.

    Tous se figent alors.

    Leur sejour va peut-être finir." (Beckett)


    votre commentaire
  • Comme le temps passe vite!

    Cela fait deja trois mois que je n'avais pas remis à jour le blog. Ah-la-la, honte sur moi!

    Enfin sinon rien de neuf: boulot, revisions, examen; c'est dingue le pouvoir de la repetition.

    Mais bon tout de même des vacances palpitantes avec la decouverte de traces de fans du groupe LND (metal hardcore) au mont St Michel, la rencontre terrifiante avec la population décrépie de la cote d'opale (On peut dire ce qu'on voudras mais dès que je verrai une petite ride sur mon visage, ce sera botox, parce que le look parchemin moyen ageux mal concervé c'est pas mon trip) et enfin le retour méditatif à la nature picarde ( bon en fait le gros probleme de la picardie c'est les picards -cf: JP Perneau (oui je sais ca fait peur!)- enfin bon, il y a aussi Cauet ( Désolée, je fais ce que je peux...).

    En tout cas je suis de retour, et c'est parti pour plein de nouveaux trucs délirants!

     


    1 commentaire


  • votre commentaire


  • votre commentaire
  • En pleine
    nuit de noces, le téléphone sonne dans la chambre.

    - Oui...

    - Henri, c'est belle-maman, est-ce que je peux parler à ma
    fille?

    - Non. Ce n'est pas possible.

    - Elle n'est pas là?

    - Oui, mais elle ne peux pas.

    - Ok, je n'insiste pas.

    Le lendemain, au brunch, belle maman s'approche de son
    gendre...

    - Mais pourquoi je ne pouvais pas parler à Louise?

    - C'est de votre faute.

    - De ma faute? De ma faute? Comment ça de ma faute?

    - Oui, c'est vous qui lui avez toujours dit de ne pas parler
    la bouche pleine.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique